Illustration Ville, humain, bâtiment-02

Dossier spécial : les prêts immobiliers PEL et in-fine

Dans la première partie de ce dossier spécial, nous avons vu 3 types de crédits immobiliers pour l’achat de votre appartement neuf : le prêt à taux zéro Plus, le Prêt à l’Accession Sociale ainsi que le prêt relais. D’autres types de prêts immobiliers plus ou moins courants existent: le prêt in fine, le CEL et PEL.

Le prêt in fine

Un autre type de prêt immobilier : le prêt in fine qui signifie « à la fin » en latin. Comme son nom l’indique, la particularité de ce crédit est le remboursement du capital en une seule fois sur la dernière échéance. Dédié surtout aux investissements locatifs, le crédit in fine est le meilleur moyen d’augmenter les intérêts en diminuant davantage les revenus fonciers. Pour bénéficier de cette formule, les banques exigent souvent un investissement d’un montant assez conséquent ou la constitution d’une épargne en versant durant la durée du crédit une mensualité sur un produit de placement associé.
Cette épargne est une sorte de garantie concrète qui sert au final à rembourser le capital. Ainsi, pendant la totalité de la période du crédit, aucun capital n’est à rembourser en dehors d’intérêts et des assurances qui sont souvent élevées. Un atout fiscal considérable qui favorise les personnes fortement imposées.
Dans le prêt in fine, la souscription à une assurance-vie est exigée souvent par l’emprunteur pour garantir les mensualités et le capital emprunté. Accordé durant une période de 3 à 15 ans, le crédit in fine demande un montant minimum de 21 500 euros.

Le plan épargne logement 

Le CEL ou Compte Épargne Logement et le PEL ou Prêt Épargne Logement sont deux formules complémentaires qui combinent à la perfection épargne et prêt. Investissements appréciés par les particuliers, ces deux prêts encouragés vivement par les banques créent une sorte de sécurité financière aussi bien pour le prêt que pour l’épargne. Le PEL ou le CEL sont des épargnes pouvant être utilisé pour acheter un appartement neuf, pour construire une nouvelle résidence principale, pour acquérir un terrain ou encore pour effectuer des travaux de rénovation .
Ce qui différencie le CEL et le PEL des autres modes de prêt, c’est l’existence de deux étapes similaires pour les deux dispositifs :

  • D’un côté, la phase épargne s’étale sur 18 mois pour les CEL avec un taux fixé à 1,50 %. Elle peut aller jusqu’à 48 mois pour le PEL pour un taux de 2,50 % environ. À l’ouverture du CEL, un montant minimum de 300 euros doit être versé avec un versement ultérieur annuel de 75 euros. Le plafond du de l’épargne est limité à 15 300 euros. Pour le PEL, 225 euros sont exigés à l’ouverture. S’ensuit un versement annuel de 540 euros minimum pour un montant maximal d’épargne qui s’élève à 61 200 euros.
  • D’un autre côté, il y a la phase crédit qui permet de décrocher un prêt pour acheter un bien immobilier une fois l’étape de l’épargne passée. La somme totale du prêt accordé dépend du montant des intérêts encaissé durant l’épargne.

 

Après avoir donné un aperçu de tous les prêts immobiliers, nous vous conseillerons la semaine prochaine sur le montage de votre dossier bancaire.

Partie 1 : le prêt à taux zéro, le PAS, et le prêt relais 
Partie 3 : le dossier bancaire
Partie 4 : les courtiers